LAFERRIÈRE Aude

LAFERRIÈRE Aude


Corps : Maître de conférences
Spécialité : Sciences du langage : linguistique et phonétique générales ; stylistique

aude.laferriere@univ-st-etienne.fr (aude.laferriere @ univ-st-etienne.fr)

Affectation(s) : 
Laboratoire CIEREC
Faculté Arts Lettres Langues

Téléphone :  04 77 42 16 61
secrétariat du CIEREC



Publications :

 

DIRECTIONS D’OUVRAGES COLLECTIFS

- « Ce mot qui m’avait surpris...» : Conflits et décalages de langage. Actes de la journée d'étude organisée en Sorbonne le 6 octobre 2012, Aude Laferrière et Marc Durain dir., Paris, Champion, coll. « Colloques, congrès et conférence. Sciences du langage, histoire de la langue et des dictionnaires », 15, 2015.

 

ARTICLES

- « Normes des incises de citation : des« barricades de toile d’araignée qui ferment les avenues où l’usage s’avance »  ? (F. Brunot), in Normes textuelles : émergence, variations, conflits, Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté, à paraître.
- « “lui dis-je (lui fis-je, lui expliqué-je, lui déclaré-je, et autres faiblardises du genre, mais on ne peut pas se surveiller 24 heures sur 24, si ?)” (San-Antonio, Champagne pour tout le monde) : Incises « défectueuses » ou normes prises en défaut ? », in L’infraction stylistique et ses usages théoriques
de l’Antiquité à nos jours, actes du colloque interdisciplinaire international, des 24-26 janvier 2013 (Paris), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2016, p.137 à 148.
- « “C’est affreux, pâlit-il, s’enfuit-il, tomba-t-il [...] : on peut être heurté par l’illogisme de telles incises » (Le Bon usage)” : Heurts et malheurs de l’incise » in « Ce mot qui m’avait surpris » : conflits et décalages de langage, actes de la journée d’étude du 6 octobre 2012, (Paris-Sorbonne), M. Durain, A. Laferrière dir.,  Paris, Champion, 2015, p. 75 à 86.
- « “Ce n’est pas connaître cela, c’est imaginer” : modalisations et comparaisons ou la méconnaissance de l’autre dans Juste la fin du monde », in Styles, Genres, Auteurs (Actes de la journée d’agrégation de Paris IV du 19 novembre 2011), 11, C. Narjoux, A. Arzoumanov dir., Paris, PUPS, 2012, p. 195 à 208.
- « “C’est bien, qu’il dit sans se fâcher” (G. Sand, Le Péché de Monsieur Antoine) : Examen du morphème que en incise de citation », L’Information grammaticale, 135, octobre 2012, p. 26 à 30.
- « Entre “le silence et l’écho”, les réticences et les réminiscences verbales : L’écriture des discours rapportés dans Loin d’eux et Des hommes », Une langue qui court : la langue de Laurent Mauvignier, C. Narjoux et J. Dürrenmatt dir., Dijon, Éditions Universitaires de Dijon, 2012, p.61 à 79.
-"Alphonse... allez!" et les "gendarmes des lettres" in  La poésie est la grammairienne. Mélanges en l'honneur de Joëlle Gardes, Claude Ber et Françoise Rullier (dir.), Paris, Les Editions de l'Amandier, 2012. 
- « “Fluctuat nec mergitur, comme disait tristement le monsieur qui voyait sa femme prendre un bain de mer” : la provocation langagière, entre remise en cause et renouvellement. », in Faire danser la langue : le langage en jeu. Actes du colloque de la SESDEF des 5-6 mai 2011, Université de Toronto,
http://sesdef.sa.utoronto.ca/actes/.
- « “Il y a trop de temps passé (toute l’histoire vient de là)”: les temps verbaux pris dans la reconduction du même dans Juste la fin du monde de J.-L. Lagarce », L’Information grammaticale, 131, octobre 2011, p. 37 à 42.<
- « “Ma langue au Chah (noir)” : d’Allais à San-Antonio», in San-Antonio et la culture française. Actes du colloque international des 18, 19, 20 mars 2010 (Paris-Sorbonne),T. Gautier, D. Jeannerod, D. Lagorgette, F. Rullier-Theuret dir., Chambéry, Éditions de L’Université de Savoie, coll. « Écriture et représentation », 14, 2010, p. 215-224.