Colloque international « Francophonie et mondialisation »

Colloque international « Francophonie et mondialisation »

Université Jean Monnet Saint-Étienne - Site Tréfilerie - 33 rue du 11-Novembre
Bâtiment G - Salle du Conseil (G0.5)

« Ce qui est sûr, c’est que notre patrie philologique est la terre ; ce ne peut plus être la nation », écrivait Éric Auerbach dès 1952. La littérature et les études littéraires ont depuis pris un tournant transnational en lien avec la mondialisation qui marque l’affaiblissement de la référence à la nation au profit de flux transfrontaliers et généralisés...

 Télécharger le programme

Porteurs / Contacts

Yves CLAVARON (yves.clavaron @ univ-st-etienne.fr) UJM Saint-Étienne
Yvan DANIEL (yvan.daniel @ univ-lr.fr) Université de La Rochelle

  • « Ce qui est sûr, c’est que notre patrie philologique est la terre ; ce ne peut plus être la nation », écrivait Éric Auerbach dès 1952. La littérature et les études littéraires ont depuis pris un tournant transnational en lien avec la mondialisation qui marque l’affaiblissement de la référence à la nation au profit de flux transfrontaliers et généralisés. Les littératures, les textes, les différentes productions culturelles et artistiques s’enrichissent par une circulation qui ne s’arrête pas à la frontière d’un pays ou d’un continent, mais sont modifiés, transformés par le regard et la lecture d’une autre culture. L’intérêt pour la « littérature mondiale » est né en France dans le sillage de la publication de La République mondiale des Lettres de Pascale Casanova en 1999, ouvrage qui a été suivi par le volume dirigé par Tiphaine Samoyault et Christophe Pradeau, Où est la littérature mondiale ? (2005). La littérature mondiale constitue une réfraction elliptique des littératures nationales tout en constituant un écriture qui, contre tout fétichisme de la langue originale, gagne à être traduite selon David Damrosch (What is World Literature ? 2003). Ce sont aussi des formes et des genres littéraires qui circulent et des lieux qui emblématisent ces échanges mondiaux comme la Foire internationale du livre de Francfort (Jérôme David, Spectres de Goethe. Les métamorphoses de la « littérature mondiale », 2011). La littérature mondiale peut être considérée comme une des manifestations de ce que Gilles Lipovetsky et Jean Serroy ont appelé « culture-monde » (La Culture-monde – Réponse à une société désorientée, 2008).
    Le manifeste pour une « Littérature monde en français » qui participe d’un refus de la francophonie (Le Monde des Livres du 16 mars 2007) a subi bien des critiques, mais il offre un concept intéressant selon lequel, la francophonie peut constituer, dans une configuration transnationale, un pôle de résistance, du local, au pôle dominant et totalisant, le global. Néanmoins, les réalisations concrètes du « becoming transnational » (« devenir transnational ») des études en lettres post-impériales d’expression française restent rares (Françoise Lionnet).
    On trouve cependant un nouvelle approche de l’histoire littéraire comme celle proposée par Christie McDonald et Susan Rubin Suleiman dans French Global, où il s’agit de repenser l’histoire littéraire française, non en tant que panorama exhaustif de la production nationale à chacune des époques, mais selon un paradigme global mettant en relation les littératures en français et le monde afin de les aborder dans une perspective planétaire. Dans Des littératures-mondes en français. Écritures singulières, poétiques transfrontalières dans la prose contemporaine (2012),Oana Panaïté propose des communautés d’écriture ignorant la séparation français/francophone  qu’elle construit à partir de la notion, repensée aujourd’hui, de frontière. Jean-Marc Moura a, de son côté, tenté d’établir une histoire littéraire des Lettres transatlantiques, une histoire comparatiste des littératures adaptée aux cultures contemporaines hybrides et globalisées de l’Atlantique (avec V. Porra, L’Atlantique littéraire. Perspectives théoriques sur la constitution d’un espace translinguistique, 2015). C’est parfois dans l’identité même de l’écrivain qui écrit en français sans être français ou ressortissant d’un pays francophone que s’affirme le caractère transnational.
    L’objet du colloque est d’observer tant au plan des œuvres, des approches critiques que du marché éditorial et du champ littéraire des processus par lesquels l’œuvre francophone prend une dimension transnationale à l’époque contemporaine. Les réseaux construits entre les différentes aires francophones, les interactions avec des zones non-francophones – l’Afrique anglophone ou la Chine par exemple – pourront aussi être examinés. Il s’agira d’étudier comment la francophonie et les littératures d’expression française se mondialisent, la manière dont la conscience de la mondialisation informe la création littéraire en langue française.