Fetsival MeT 2018

Festival Musique en TréfilerieEdition 2018

Maison de l'Université

2 rue Tréfilerie - 42000 St-Étienne

programme

4 jours de concerts autour de portraits de femmes à la Maison de l'Université

Festival Musiques en Tréfilerie

Du 3 au 12 avril (accès libre, hall de la maison de l’université)
Exposition de photos de musiciennes, signée Nikko Rodamel

Mardi 3 avril, 20h30 : Enfers et paradis (entrée libre)
Tableaux pour choeur et Acousmonium de Meredith Monk
À la recherche de textures sonores singulières, le Grand Choeur de Musicologie propose un travail autour de la musique américaine, plus particulièrement sur le répertoire de Meredith Monk, artiste multiforme contemporaine, aussi bien compositrice que chanteuse, actrice, danseuse ou chorégraphe. Le choeur dialoguera avec des pièces électroacoustiques composées par des étudiants pour « l’orchestre de hauts-parleurs », dit Acousmonium


Mercredi 4 avril, 20h30 : Chansons de femmes (entrée libre)
Les grandes interprètes de l’entre-deux-guerres et de l’Occupation
Certaines, comme Mireille, furent de prolifiques compositrices de chansons. D’autre restent surtout comme de grandes interprètes (Piaf, Fréhel, Mistinguett…). Certaines avaient plutôt le parfum de l’Amérique (Joséphine Baker), d’autres de l’Italie (Rina Ketty).
Quelques-unes, figures populaires de leur époque, ont été passablement oubliées (Lyne Clevers, Marie Dubas, Léo Marjane, Marie Bizet…). D’autres sont restées dans l’ombre des thèmes de jazz de l’Occupation (ceux de Django Reinhardt en particulier) sur lesquels elles avaient déposé des paroles (Lucienne Delyle, Irène de Trébert…). Mais toutes ont été des idoles de la chanson populaire, entre 1920 et 1945. Chanson réaliste voire chanson dramatique, chanson légère voire chanson grivoise, valse, tango, swing, ballade, biguine : la chanson française s’habille de toutes les couleurs du temps.


Jeudi 5 & Vendredi 6 avril, 20h30 : Portraits de femmes (15€ / 10€ / 5€)
Création pour choeur, orchestre d’harmonie et solistes improvisateurs
Le Festival Musiques en Tréfilerie a commandé aux compositeurs du collectif « La Forge » de nouveaux portraits de femmes écrits sur mesure pour les élèves du Conservatoire Massenet et les étudiants du Département de musicologie de l’Université Jean-Monnet.
Dans ces pièces pour choeur, orchestre d’harmonie et solistes improvisateurs qui réunissent près de 100 musiciens, Pascal Berne, Michel Mandel et François Raulin font dialoguer l’écriture et l’improvisation, mais aussi musiciens professionnels et musiciens amateurs ou semi-professionnels et musiciens étudiants.
La forme du « portrait » est très libre, mais le principe commun reste que l’univers de chaque figure féminine choisie est l’inspirateur de la pièce écrite. Les femmes dont on entendra le « portrait » sont parfois des actrices (Anne Alvaro), des chanteuses ou danseuses (Joséphine Baker, Bessie Smith, Ella Fitzgerald), auteures et/ou femmes d’engagement (la russe Alexandra Kollontaï, ou la syrienne Fadwa Souleimane), des femmes d’aujourd’hui ou des femmes de jadis, des femmes célèbres et d’autres à la notoriété plus confidentielles.