Juillet 2019

Colloque international « Constitution mixte : généalogie d'une idée »

Université Jean Monnet Saint-Étienne - Site Tréfilerie
33 rue du 11-Novembre - Bât. E - Amphithéâtre E01

Le colloque international « Constitution mixte : généalogie d’une idée » est organisé par les laboratoires GATE Lyon Saint-Étienne (M. Bellet, J. Ferrand, Ph. Solal) et HiSoMA (S. Kefallonitis), avec le soutien de l’UJM Saint-Étienne (UdL), de la Maison des Sciences de l’Homme Lyon-Saint-Étienne, de TDMAM – CPAF et du CEDRE – PSL.

Télécharger le programme
Télécharger l'affiche

Historique

  • Le colloque « Constitution mixte : généalogie d’une idée » constitue un aboutissement majeur du séminaire Constitutions mixtes. Depuis sa création, en octobre 2015, par Stavroula Kefallonitis (UdL/UJM Saint-Étienne, HiSoMA), le séminaire a très tôt bénéficié d’une collaboration soutenue et régulière avec le programme Républicanisme et économie dirigé par Michel Bellet et Philippe Solal (UdL/UJM Saint-Étienne, GATE Lyon Saint-Étienne).
    Ce rapprochement s’est notamment concrétisé par l’organisation de plusieurs séances communes dès 2016 :
    - 2015-2016 : http://calenda.org/353653
    - 2016-2017 : http://calenda.org/393687
    - 2017-2018 : https://calenda.org/422666
    - 2018-2019 : https://calenda.org/497842
    Pour la réalisation du colloque « Constitution mixte : généalogie d’une idée », le séminaire Constitutions mixtes (HiSoMA) et le programme Républicanisme et économie (GATE Lyon Saint-Étienne) s’associent au programme Politeiai (TDMAM – CPAF), ainsi qu’avec le CEDRE – PSL. Le colloque s’inscrit aussi dans la préparation du projet HERACLES (GATE Lyon Saint-Étienne et HiSoMA) porté par Julie Ferrand (UdL/UJM Saint-Étienne, GATE Lyon Saint-Étienne).

 

Objectifs

  • Qu’est-ce la constitution mixte ? Une idée qui parcourt toute l’histoire politique occidentale. Elle peut être définie comme un gouvernement idéal résultant de la combinaison de plusieurs types de régimes, à savoir, généralement, un mélange de monarchie, d’aristocratie et de démocratie. Par la richesse de son histoire et l’importance de son actualité, la constitution mixte est une idée particulièrement propice à des collaborations interdisciplinaire et diachroniques. En effet, si c’est bien l’Antiquité grecque qui offre la première mention explicite d’une « constitution mixte » à propos du gouvernement athénien des Cinq-Mille (411 av. J.-C.) dépeint par Thucydide, cette idée continue de s’affirmer aujourd’hui comme un enjeu déterminant au cœur des débats sur la démocratie et la république, ce dont témoigne notamment sa place dans le républicanisme. Aussi le colloque « Constitution mixte : généalogie d’une idée » vise-t-il, avec la confrontation de corpus et d’approches très variées, trois objectifs scientifiques principaux :
    - effectuer une enquête diachronique sur l’idée de constitution mixte depuis ses origines antiques, aujourd’hui souvent très partiellement connues (Gaille 2005), voire méconnues, afin de mieux déceler sa présence (parfois indirecte, via le prisme de sources intermédiaires) chez des auteurs qui, il y a encore un siècle, étaient pour la plupart abreuvés de cet héritage : d'où l'intérêt d'un travail diachronique et interdisciplinaire sur les sources et sur les différentes étapes de leur transformation, de leur effacement, de leur résurgence, de leurs travestissements volontaires ou non, notamment pour une mise en perspective et une contextualisation culturelles et idéologiques de l'idée de république, et ce jusqu'aux débats actuels sur le républicanisme ;
    - identifier les grandes césures idéologiques et historiques de cette tradition (par exemple, selon Pasquale Pasquino (2007), Bodin constitue un terme définitif et sonne le glas de l’idée antique de « constitution mixte ») : quels recouvrements et/ou quels écarts est-il possible de distinguer entre constitution mixte et républicanisme ?
    - mettre à profit un acquis majeur de la collaboration interdisciplinaire GATE-HiSoMA du séminaire Constitutions mixtes, à savoir la prise de conscience que, si les enjeux économiques ont jusqu’ici été généralement ignorés à propos des premières étapes de la tradition conceptuelle de la constitution mixte, ils apparaissent pourtant très nettement dans plusieurs textes anciens, chez les historiens, bien que ces derniers semblent généralement négliger les enjeux économiques pour se concentrer sur des aspects politiques (Virlouvet 1985) : ainsi la confrontation interdisciplinaire et diachronique permet-elle non seulement d'éclairer les périodes prémodernes, modernes et contemporaines à la lumière d'une tradition ancienne, mais aussi de relire rétrospectivement l'idée de constitution mixte sous l’angle d’une approche interdisciplinaire du républicanisme.
    En effet, dans les travaux actuels sur la constitution mixte, un aspect important reste peu exploré, celui du rapport à l’économie, et ce, bien que la question économique soit souvent au cœur des débats constitutionnels. Les conceptions économiques, qui ont été et sont encore largement impliquées dans le rapport au libéralisme, invoquant des droits individuels économiques, sont-elles présentes au sein des réflexions sur la constitution mixte ? L’étude de la pensée républicaine et du républicanisme offre un champ de recherche particulièrement fertile pour l’exploration de cette question. Ainsi l’ambition pragmatique de ce colloque est-elle de constituer un creuset de réflexion et de dialogue intensifs entre spécialistes de disciplines et de périodes différentes à propos des sources antiques de la constitution mixte ainsi que de leur réception et de leurs mutations (influences, interprétations, réécritures, travestissements).

 

Contacts

Julie FERRAND
(julie.ferrand @ univ-st-etienne.fr)
Stavroula KEFALLONITIS (stavroula.kefallonitis @ univ-st-etienne.fr)