Juin 2016 (semaine 25)

Séminaire « Retour aux sources »

de 10h00 à 12h00

Université Jean Monnet Saint-Étienne - Site Tréfilerie - 33 rue du 11-Novembre
Faculté Arts, Lettres, Langues - Bâtiment G - Salle du Conseil (G0.5)

Séance de bilan / perspectives pour l'année 2016-2017.

Bilan et perspectives pour l'année 2016-2017.

 

RAPPEL DU PROJET

  • Le projet « Retour aux sources », soutenu par le CNRS et l’Université de Lyon dans le cadre d’un projet PEPS obtenu en 2014, avait pour objectif de réunir des chercheuses et chercheurs, de toutes disciplines, intéressés par un questionnement méthodologique et épistémologique sur leur rapport aux « sources ». La recherche dans le domaine des Sciences humaines et sociales a, en effet, opéré une profonde mutation depuis la fin du XXe siècle. Il est notamment remarquable que le mot « source » a presque disparu : à cette trace démodée de la vénérable philologie, on préfère « données » ou encore « data » et même « big data ». Ce changement de vocabulaire n’est pas anodin et il s’avère nécessaire de prendre le temps de s’interroger sur les enjeux profonds de cette occultation des « sources ». Revenir aux sources, ce n’est pas revenir en arrière mais se poser la question de l’origine, geste scientifique, philosophique, historique et anthropologique fondamental dans la constitution d’une identité. Nous entendons en effet la notion de « sources » au sens le plus large du terme : textuelles et non textuelles, images, sons, « données » chiffrées, statistiques. Revenir aux sources consiste ainsi à s’interroger sur les fondements même de la recherche en Sciences humaines et sociales et sur les conditions d’une interdisciplinarité ou d’une transdisciplinarité qui, pour être encouragée, demande tout de même à être pensée et légitimée et ne peut que s’enrichir de la spécialisation des disciplines qui la nourrissent. Cette réflexion avait déjà été engagée dans le cadre de la structure ALLHiS (Université Jean Monnet Saint-Étienne) qui concerne surtout des chercheuses et chercheurs en sciences humaines (Lettres, Histoire, Linguistique, Musicologie). Le soutien du CNRS et de l’Université de Lyon (projet PEPS) a permis d’ouvrir plus largement la réflexion aux disciplines qui n’étaient pas impliquées dans cette structure (sciences sociales, sciences dites « dures »). Le projet s’est ainsi décliné selon deux axes en 2014-2015, avec la tenue d’un atelier (le 14 novembre 2014) autour des sources sonores, et l’organisation d’un séminaire pleinement interdisciplinaire.

SÉMINAIRE INTERDISCIPLINAIRE (dir. Christelle BAHIER-PORTE et Isabelle SAYN)

  • Le séminaire « Retour aux sources » a débuté dans le cadre du projet PEPS et s’est
    poursuivi au-delà. Il s’est révélé un lieu d’échange interdisciplinaire particulièrement fécond :
    un lieu de débats sur le rapport aux sources des différentes disciplines et sur les
    méthodologies de la recherche, en particulier en sciences humaines et sociales, et un lieu de
    réflexion sur l’évolution même des disciplines, évolution interne mais aussi évolution externe,
    par l’ouverture précisément à l’interdisciplinarité.
  • Les interventions suivantes ont eu lieu en 2014-2015 :
    Christelle BAHIER-PORTE (IHRIM) - Retour aux sources : enjeux et perspectives.
    Éliane VIENNOT (IHRIM) - Au croisement de la littérature, du droit, de l’histoire : les écrits de femmes pendant les premières années de la Révolution.
    Zoé SCHWEITZER (CELEC) - Des sources « savantes » pour la tragédie ? L’exemple des Médée écrites pour la scène (XVIe-XVIIIe siècle).
    Michel BELLET (GATE-LSE) - La discipline économique a-t-elle encore recours à des sources ?
    Giovanni STRANIERI (LEM-CERCOR) - L’archéologie et ses sources : émergence, expansion, définition.
    Isabelle SAYN (CERCRID) - Les sources de la recherche sur le droit. Au-delà du droit ?
    Pascal VALLET (Centre Max Weber) - De la commande au rapport, le cas de L'œil à la page, une enquête de Jean-Claude Passeron et Michel Grumbach.

ATELIER « LES VOIX DE LA SOURCE » (dir. Annick PETERS-CUSTOT et Clémentine VIGNAL)
14 novembre 2014

  • Introduction par Annick PETERS-CUSTOT (Université de Nantes, LEM-CERCOR).
    Clémentine GARCIA (CEFEDEM Rhône-Alpes) - La rencontre entre sciences cognitives, psychologie et ethnomusicologie dans le cas des berceuses.
    Anne DAMON-GUILLOT (UJM Saint-Étienne, CIEREC) et Anaïs WION (CNRS, Centre français des études éthiopiennes) - Les instruments du pouvoir dans le royaume chrétien d’Éthiopie (XVIIe-XVIIIe siècles) : regards croisés sur les aérophones et les membranophones.
    La reconstitution sonore en musique ancienne.
    Intervention d’Anne DELAFOSSE (Conservatoire de Lyon) illustrée par Gwénael BIHAN (Conservatoire de Saint-Étienne) autour de la musique médiévale.
    Concert de musique médiévale par Canticum Novum : Anne DELAFOSSE (soprano), Gwénael BIHAN (flûte) et Véronique BARBOT (organetto).
    Julien MEYER (Lyon, Laboratoire sur le Langage, le Cerveau et la Cognition UMR 5304) - Aux sources du langage et des langues avec la parole sifflée.
    Michel KREUTZER (Université Paris Ouest Nanterre La Défense) - Le philosophe et la serinette : comment ressourcer une “bio-esthétique” des chants d’oiseaux à l’écoute de Diderot.
    Alexandre VINCENT (Université de Poitiers) - A l'écoute de l'Antiquité ? Quelques pistes méthodologiques autour des trompes romaines.
    Clémentine VIGNAL et Frédéric SEBE (UJM Saint-Étienne, ENES-CNPS UMR 8195) - Les voix animales.
    Conclusions par Christelle BAHIER-PORTE (UJM Saint-Étienne, IHRIM UMR 5317).
Contacts

Christelle BAHIER-PORTE
christelle.porte @ univ-st-etienne.fr