Ça vient de sortir

Provence et Languedoc à l'opéra en France au XIXe siècle

« Il faut méditerraniser la musique. » Lorsque Nietzche exhorte ses contemporains à se détacher de Wagner en 1888, Carmen et Bizet restent ses modèles absolus. Mais le philosophe vante avant tout les bienfaits du Midi auxquels de nombreux compositeurs sont également sensibles en fêtant, plus particulièrement au tournant des XIXe et XXe siècles, deux régions : la Provence et le Languedoc.
Fruit d’un colloque qui s’est tenu à SaintÉtienne puis à Nîmes, cette publication étudie la présence et la représentation de cette double influence dans la conception et la réalisation d’ouvrages lyriques français, désormais plus ou moins connus. Dans le sillage du félibrige, incarné par Mistral, mais aussi du réalisme littéraire et pictural, ces œuvres tracent les contours d’un espace-temps mettant en récit et en scène l’histoire nationale et régionale.

Format 15x21 cm - 408 pages - ISBN 978-2-86272-693-9 - Prix 22 €

Varium et mutabile

À l’origine le centon est un morceau de tissu grossier cousu de pans d’étoffes différentes et de couleurs variées.
Par assimilation, il désigne une pièce généralement en vers et s’affirme donc comme une forme littéraire dont l’existence même est fondée sur la notion d’intertextualité. Mais si le centon est fait de morceaux d’un modèle, il a un sens et une portée tout à fait différents de ceux de l’original.
Dans le sillage du renouveau des études sur ce genre littéraire si particulier, le présent ouvrage se présente comme un itinéraire et une redécouverte de cette production. Il questionne le problème de l’intertextualité et s’attache à situer le centon dans le cadre culturel de l’Antiquité et à analyser les conditions littéraires prédisposant à l’émergence du genre, ainsi que les points de convergence avec les centons « modernes », dont la vivacité ne s’est jamais réellement démentie.

Format 16x24 cm - 218 pages - ISBN 978-2-86272-690-8 - Prix 22 €

Écrire le mariage en France au XIXe siècle

Impératif public qui ordonne les vies privées et se négocie en famille, le mariage est, selon Balzac l’acte, « le plus important de tous ceux auxquels nous oblige la Société ».

C’est aussi un des motifs les plus rebattus de la littérature. De la Révolution à la Grande Guerre, le regard qu’on lui prête évolue pourtant.

Comment ce modèle, porté par la morale et le droit, tour à tour entériné et transformé par la pratique, est-il montré, pensé, valorisé ou critiqué, voire mis à mort par les représentations du temps ? Comment s’écrit le mariage en France au cours du XIXe siècle ? Des spécialistes de littérature, d’art et d’histoire nous livrent leur réponse, restituant ainsi un pan majeur de notre histoire.

 

Format 15x21cm - 464 pages - ISBN 978-2-86272-691-5  - 15 €

Les Comédies de Shakespeare à l'opéra (XIXe-XXIe siècles)

La dimension fantaisiste et souvent transgressive de la comédie shakespearienne représente en soi un véritable défi pour les compositeurs. La vivacité du rythme dramatique, la versatilité et le foisonnement de l’action, la variété des tons s’accommodent en effet difficilement des contraintes génériques et matérielles de l’opéra. Mais c’est précisément le caractère protéiforme de la comédie shakespearienne qui fait d’elle un espace d’expérimentation privilégié pour le musicien.
Aussi l’ouvrage s’intéresse-t-il tant à la réception du théâtre de Shakespeare à partir du XIXe siècle qu’à la difficulté que représente son passage à la scène lyrique, voire même au genre du poème symphonique. Il observe au travers de deux comédies – Much Ado about Nothing et The Merchant of Venice – la variabilité des sensibilités des compositeurs face à l’étonnante richesse des modèles. La question du mélange des registres, très tôt dénoncée par la critique, fait enfin l’objet d’enquêtes conduites à partir de cas précis, sur la gravité du genre comique shakespearien.

Format 15x21cm - 360 pages - ISBN 978-2-89272-687-8  - 22 €

L’auctorialité à travers les mises en scène de l’auteur et de l’artiste dans le monde germanique

La notion d’auctorialité est envisagée en relation avec les stratégies de construction de l’image de l’auteur, au fil des siècles où s’offrent au créateur des possibilités innombrables de composer son image auctoriale dans le champ littéraire ou artistique.
Ce livre se concentre sur la mise en scène de l’auteur dans une œuvre de fiction, ou sur le processus de fictionnalisation de sa vie réelle. Puis aux stratégies d’élaboration de l’image auctoriale aussi bien par l’auteur lui-même que par et dans les médias. Il questionne l’autorité, ainsi que sa remise en question par des auteurs en rupture avec les stratégies de commercialisation de leur œuvre. Enfin il observe le comportement de l’auteur dans le jeu intertextuel qui contribue à l’émergence d’une figure auctoriale protéiforme dont il devient malaisé d’identifier les différents visages.
Qu’il le veuille ou non, l’auteur s’autorise un supplément de création destiné à un public. Or toute communication implique un échange entre un destinataire et son récepteur et il apparaît vain de vouloir se passer de l’un comme de l’autre.

Ce livre numérique est disponible sur https://play.google.com/store/books/details/J_P_Chassagne_L_auctorialit%C3%A9_%C3%A0_travers_les_mises_e?id=M5y0DQAAQBAJ