Aline Canellis membre de l'Académie Ambrosienne

DistinctionAline Canellis nommée Membre de l'Académie Ambrosienne de Milan

Aline Canellis, enseignante-chercheure à l’Université Jean Monnet, a été nommée le 21 mars 2018, Membre de l’Académie Ambrosienne dans le domaine patristique, c’est-à-dire l’étude des Pères de l’Église. C’est à l’occasion du Dies Academicus 2018, conférence internationale annuelle de l’Académie Ambrosienne à Milan qu’Aline Canellis a reçu cette prestigieuse reconnaissance pour ses travaux de recherche.

Sa contribution sur « Ambroise de Milan dans la Collection des Sources Chrétiennes, hier, aujourd’hui et demain » a inauguré son entrée dans l’Accademia Ambrosiana, Classe di Studi Ambrosiani.
Aline Canellis, Professeur de langues et littératures latines à l’Université Jean Monnet et chercheure au Laboratoire HISOMA - UMR 5189, rejoint ainsi les 300 académiciens de l’Ambrosienne, professeurs et chercheurs internationaux.

 

 

L’Académie Ambrosienne

L’Académie Ambrosienne fut fondée en 1620 par l’Archevêque de Milan, le Cardinal Federico Borromeo, sous le nom d’Académie du Dessin, pour l’enseignement de la peinture, de la sculpture et de l’architecture. Par la suite, elle fut unie à l’Académie de Saint Ambroise, consacrée aux études patristiques. Elle a pour finalité la promotion des recherches et des publications dans les différents domaines de la culture, favorisant ainsi l’échange et la collaboration avec des institutions analogues en Italie et à l’étranger, en respectant l’esprit de son fondateur qui voulait que l’Ambrosienne effectue « un service universel ».

L’Académie Ambrosienne comprend aujourd’hui huit « Classes » consacrées aux Études Borroméiques, Ambrosiennes, de l’Extrême-Orient, à l’Italianistique, la Slavistique, aux Études du Proche-Orient, Grecques et Latines, et aux Études Africaines. Chaque année, chaque Classe tient une conférence internationale dite Dies Academicus, et en publie les résultats dans les huit Collections miscellanées éditées de façon conjointe par l’Ambrosienne à Milan et par les éditions Bulzoni à Rome.

 

Publié le 9 avril 2018