LACTIPS, start-up basée sur un brevet de l’Université Jean Monnet, accélère son développement

LACTIPS, start-up basée sur un brevet de l’Université Jean Monnet, accélère son développement

Depuis la création de Lactips en 2014, la start-up fondée par Frédéric Prochazka, enseignant chercheur à l’Université Jean Monnet, Marie-Hélène Gramatikoff et Fabrice Plasson, spécialiste des bioplastiques hydrosolubles, poursuit sa croissance.

Grâce à son projet « Ecolactifilm », Lactips est lauréat d’une subvention  européenne
« H2020 Instrument PME Phase 2 » de 1,5M€. 

Sur cette même ligne de force, l’Université Jean Monnet, poursuit par ailleurs son association à travers son laboratoire Ingénierie des Matériaux Polymères (UJM/CNRS/Lyon1/INSA), à Lactips pour le lancement de « Hydroprint », un programme de recherche innovant, piloté par Bastien Bessaire, chercheur postdoctoral à l’Université Jean Monnet.

Soutenu par Saint-Étienne Métropole et Bpifrance, ce programme est destiné au développement d’un filament plastique hydrosoluble de nouvelle génération pour l’impression 3D, dont le marché est en plein essor.

A propos de Lactips :

Le succès de la start-up a débuté avec un brevet de fabrication d’un film plastique hydrosoluble, biosourcé, compostable et comestible à base de protéine de lait, la caséine, illustrant le savoir-faire et l’innovation de la recherche à l’Université Jean Monnet.
Habité par des valeurs d’écologie et de développement durable, Lactips souhaite aujourd’hui créer une filière de revalorisation du lait impropre à la consommation pour utiliser cette matière première sous exploitée dans la production de ses films pour applications non comestibles, comme les produits de détergence.

> Lire l’article « Saint-Étienne. Une subvention européenne d'1,5 million d'euros pour Lactips ». Le Journal des entreprises

Publié le 1 septembre 2017