Prix de thèse Robin Souron

Robin Souron, doctorant au LIBM, reçoit un prix pour sa thèse

Robin Souron a obtenu mercredi 30 mai à Paris, le "Prix de thèse de doctorat 2017" d'un montant de 1000€, attribué conjointement par la Société Française de Génie Biologique et Médicale, l'Alliance pour le Génie Biologique et Médicale, et l'Engineering in Medicine and Biology Society.

Le dossier de Robin Souron a été sélectionné parmi 20 autres dossiers candidats. Chaque dossier a été noté par 3 personnes différentes. Les candidats ont ensuite été auditionnés avec 3 autres candidats devant un jury composé de personnalités (chercheurs, médecins, biologistes et industriels) à l'Hopital Européeen Georges Pompidou dans le 15ème arrondissement de Paris.

Robin a réalisé sa thèse intitulée "Adaptations fonctionnelles et nerveuses à l'entrainement par vibration locale : du sujet sain à la rééducation" au sein du Laboratoire Interuniversitaire de Biologie de la Motricité, sous la direction de Thomas Lapole, enseignant-chercheur au LIBM et Guillaume Millet, enseignant-chercheur à l'Université de Calgary.

L'Université Jean Monnet félicite Robin Souron pour ce prix qui illustre l'excellence scientifique de ses doctorants ainsi que le rayonnement du LIBM et de l'UJM dans le domaine du sport-santé.

 

Le sujet de thèse de Robin Souron : la rééducation par vibration locale

La recherche de méthodes permettant de lutter contre le déconditionnement neuromusculaire à la suite par exemple d’une opération chirurgicale ou d’une immobilisation prolongée intéresse la communauté scientifique depuis plusieurs années.

Ce projet vise à proposer la technique de vibration locale dans un contexte clinique comme une méthode efficace et alternative aux méthodes classiquement utilisées (e.g. vibration corps entier) pour lutter contre ce déconditionnement neuromusculaire.

La première orientation de ce travail de thèse était de déterminer les effets d’une application aigüe et prolongée de la vibration locale sur la fonction neuromusculaire des muscles fléchisseurs dorsaux et extenseurs du genou de sujets sains.
Les résultats montrent une modulation du système nerveux central face à l’application aigüe de vibration locale, ce qui nous a permis d’envisager de potentielles adaptations si cette technique était utilisée sur le long terme.

Ainsi, la seconde orientation de ce travail était d’évaluer les effets d’une application chronique (entrainement) de la vibration locale sur les propriétés fonctionnelles (force, hauteur de saut) et nerveuses (mesurées par stimulation magnétique transcrânienne) de sujets sains, jeune et âgée.
Les résultats ont montré qu’un entrainement par vibration locale était une méthode efficace pour améliorer les capacités fonctionnelles de ces deux populations, s’accompagnant d’adaptations nerveuses.

Ces différents travaux ont alors conduit à la mise en place d’une dernière étude à visée clinique, qui évaluait l’efficacité de la vibration locale en rééducation post-ligamentoplastie du ligament croisé antérieur du genou.

Publié le 7 juin 2018