Retour sur l'évènement recherche

Fondation de l’Université Jean Monnet : plein feu sur la prévention santé

Le 7 novembre, la Fondation de l’Université Jean Monnet a organisé un évènement qui a remporté un grand succès grâce notamment à la présence de Franck Chauvin, Président du Haut Conseil de la santé publique et à la remise des prix du « Fond d’amorçage Recherche ».

Lors d’une soirée entièrement dédiée à la recherche, le mardi 7 novembre 2017, la Fondation de l’Université Jean Monnet a souhaité mettre en lumière un axe fort de recherche de l’Université : la prévention santé. Le Professeur Franck Chauvin a animé une conférence sur le thème de « la prévention : Challenge des sociétés post-modernes ? L’Université Jean Monnet relève aujourd’hui ce défi avec l’institut Universitaire de Prévention et de Santé Globale (PRESAGE). »

 

Par ailleurs, la soirée était aussi l’occasion de remettre les prix 2016 du « Fonds d’amorçage Recherche », aux 4 lauréats, cette année. Chaque année, l’appel à projet « Fonds d’amorçage Recherche » initié par la Fondation de l’UJM, apporte un soutien financier aux nouveaux projets des enseignants chercheurs et des chercheurs de laboratoires. 
Les projets retenus ont fait l’objet d’une présentation et c’est Jean Claude Caissard, du Laboratoire BVpam qui a été le premier à exposer son étude « Loire en Roses : les roses des obtenteurs de la Loire, du patrimoine historique aux méthodes de sélection biotechnologique du parfum. »
Une étude dont l’objectif était de tester une stratégie biotechnologique innovante en horticulture et de valoriser immédiatement sa démarche auprès du grand public.

Pascal Giraud, du Laboratoire LIBM, (UJM/Lyon 1/Université Savoie Mont Blanc) a ensuite pris la parole pour présenter son « Étude des micro-expressions faciales dans l’éveil de coma de patient cérébrolésés graves. »
Il s’agissait ici de mettre en évidence la production de micro-expressions faciales chez les patients en éveil de coma, micro‐expressions qui précèdent l'apparition d'expression faciales détectables en vision normale. Ainsi, il était possible de développer et valider un protocole d'exploration clinique (optique et infrarouge) des micro‐expressions faciales chez les patients en éveil de coma.

Ce fut au tour de Jérémy Rossi, du Laboratoire LIBM, (UJM/Lyon 1/Université Savoie Mont Blanc)  d’exposer son projet nommé «  Analyse biomécanique et modélisation musculo-squelettique de la main : application à l’étude de l’arthrose et à la conception de produit. » dont l’objectif était de déterminer les forces générées dans les tendons, les ligaments et les articulations lorsque l'homme agit dans son environnement à l'aide de la préhension.
La préhension étant l’aptitude à pouvoir saisir ou agripper un objet.

Enfin, Laurence Tuot du Laboratoire CIEREC, (UJM) a clôturé ces présentations en exposant le quatrième projet concernant la « Mise au point d’une gamme de vernis hydrosoluble, biodégradables et non toxiques pour la gravure à l’eau forte. » En partenariat avec Lactips, la start-up d’un enseignant chercheur de l’UJM, spécialiste des bioplastiques à base de protéines de lait, Laurence Tuot a développé une gamme de vernis écologiques à destination des artistes pratiquant la gravure à l'eau‐forte, un art qui utilise traditionnellement des produits néfastes pour l’environnement.

Publié le 7 décembre 2017