Hommage à Gilbert ARGOUD

Hommage à Gilbert ARGOUD

Gilbert ARGOUD, qui fut doyen de la Faculté de Lettres de 1987 à 1997, et dont le nom restera attaché à l'histoire de l'Université de Saint-Etienne, est décédé dans sa 74ème année.

Nous avons appris avec tristesse le décès, dans sa 74ème année, de Gilbert ARGOUD, dont le nom restera attaché à l'histoire de l'Université de Saint-Etienne.
 
Titulaire du CAPES (1961) et de l'Agrégation (1965) de Lettres classiques, Gilbert ARGOUD avait commencé sa carrière dans l'Education Nationale au Lycée de Chatillon-sur-Chalaronne, puis au Lycée de jeunes filles de Roanne.
Dès la rentrée de 1969, il était mis à la dispostion de la toute jeune Université stéphanoise, où il sera assistant en 1972, puis maître-assistant (1974), maître de conférences, et enfin professeur (1988).

Le 1 octobre 2000, professeur de 1ère classe, il avait fait valoir ses droits à la retraite, mais n'avait pas cessé d'apporter ses compétences à l'institution universitaire, qui lui avait conféré, jusqu'au 31 août 2000, le titre de professeur émérite, qui lui permettait de toujours participer aux activités de recherche, en particulier par l'encadrement de travaux d'étudiants et de doctorants.
 
Il avait soutenu une thèse de doctorat sur "La Grèce antique et l'eau", et avait pris, dès 1989, la direction du Centre Jean Palerne (transformé par la suite et actuellement intégré dans le centre de recherche HISOMA). Ses spécialités de recherche le menaient vers l'étude des sciences, des techniques et de la médecine dans l'antiquité.

Mais c'est surtout par les importantes responsabilités administratives qu'il avait accepté d'assumer au sein de l'Université qu'il a apporté une pierre précieuse à la construction de l'édifice universitaire stéphanois.

Membre assidu de nombreuses instances universitaires, il avait effectué, d'avril 1987 à avril 1997, deux mandats successifs de Doyen de la Faculté de Lettres, Langues et Sciences humaines. Au cours de ces mandats, il avait oeuvré pour faire évoluer cette faculté, et pour l'ouvrir en particulier à des  formations professionnalisantes nouvelles comme la filière "Presse et Communication d'entreprises", qui donnera naissance au Département actuel d'Information-Communication.
 
L' intérêt que portait naturellement ce brillant helléniste à la vie de la Cité l'avait également incité à prendre des responsabilités extra-universitaires, en devenant premier adjoint au Maire de Saint-Etienne pendant un mandat municipal.

Nous conservons de lui l'image d'un honnête homme, pétri de culture et d'humanité, dont le calme, l'ouverture d'esprit, l'esprit de responsabilité et le sens de l'humour permettaient à la communauté universitaire d'avancer au-delà des difficultés, en préservant par dessus tout ce qui était le plus précieux : la cohésion de l'Université de Saint-Etienne et sa capacité à affronter l'avenir.

Publié le 20 avril 2011