Trois questions à ... Laurent CARRARO

Trois questions à ... Laurent CARRARODirecteur de Télécom Saint-Etienne

Laurent CARRARO, Directeur de Télécom Saint-Etienne, interviewé sur les évolutions et les perspectives de l'Ecole d'ingénieurs.

Laurent CARRARO

1 - Laurent CARRARO, quel est l'intérêt pour Télécom Saint-Etienne de passer du Campus Métare au campus Carnot ?

L'intérêt est triple : Il s'agit avant tout de permettre à l'école de réaliser ses formations dans des locaux adaptés au nombre croissant d'étudiants accueillis (près de 18% d'augmentation cette année).
A titre d'anecdote, nous faisions, l'an dernier, des cours dans une ancienne école maternelle, car nos locaux étaient notablement sous dimensionnés par rapport à nos besoins.  

Le second intérêt est que nous occupons maintenant un bâtiment qui affirme clairement l'identité de l'école d'ingénieurs que nous sommes, dont la renommée est de bonne qualité au niveau national, mais encore pas assez au niveau local.  

Il s'agit enfin de s'insérer dans un environnement intégré contenant l'ensemble des activités dans lesquelles nos actions doivent s'incarner : formation, recherche, transfert et innovation.

En outre, le rapprochement des laboratoires et de l'école simplifie notablement la vie quotidienne des personnels concernés.  

J'ajouterai pour terminer (cela fait donc 4 et non 3 !) que nous sommes très heureux d'être localisés à proximité de la Cité du Design, et avons d'ores et déjà entamé les discussions avec nos nouveaux voisins, de manière à travailler l'interface ingénieurs/designers.

2 - Avec le recul, quel bilan dressez-vous du rattachement au réseau Institut Télécom ?

Le rattachement au réseau que constitue l'Institut Télécom a été pour l'école un véritable accélérateur d'histoire. De fait, notre position sur la scène nationale s'est trouvée très rapidement améliorée, et nous avons cette année refusé de nombreux étudiants que nous aurions aimé accepter il y a seulement 3 ans en arrière.  

Mais ce lien au réseau de l'Institut Télécom ne se limite pas aux questions d'image. Signalons pour exemple trois types d'actions. Nous profitons d'un recrutement d'étudiants chinois de qualité, réalisé en commun avec Télécom Sud Paris et Télécom Bretagne.  

Par ailleurs, l'UJM a mis en place au printemps, avec le soutien efficace de Télécom ParisTech, une cellule de pré incubation intitulée USE'IN, qui accueille pour l'instant deux étudiants ou diplômés de Télécom Saint-Etienne, et doit en héberger dans les semaines qui viennent deux nouveaux.  

Enfin, les laboratoires d'appui de l'école profitent d'appels d'offres recherche lancés par l'Institut Télécom, qui financent des doctorants ou des post-doctorants.

3 - Quelles perspectives d'avenir pour Télécom Saint-Etienne ?

Après une période d'accélération très forte entre 2008 et 2010 (adhésion au réseau Institut Télécom, changement de nom, changement complet de la maquette pédagogique et habilitation par la Commission des Titres d'Ingénieur, déménagement sur le site Carnot), nous souhaitons à court terme consolider notre structure et ses processus.  

Il s'agit d'une part de rationaliser la gestion des cursus, mais aussi de nous réorganiser après la réunion de nos deux implantations.

D'un point de vue pédagogique, nous devons mieux faire intervenir l'insertion professionnelle des diplômés dans l'évolution de nos cursus, et travailler sur des formes pédagogiques alternatives qui sortent du classique CM/TD/TP.

C'est d'ailleurs la raison pour laquelle nous avons été les instigateurs de la mise sur pied sur le territoire stéphanois du GIPSE, Groupe d'Innovation Pédagogique de Saint-Etienne, qui regroupe de nombreux collègues, de l'UJM, de l'Ecole des Mines, et d'autres établissements stéphanois.

De façon plus générale, l'avenir de l'école sera marqué par le vocable d'innovation, dans toutes les acceptions du terme.

Publié le 13 octobre 2010