Vers une recomposition du paysage universitaire métropolitain

Vers une recomposition du paysage universitaire métropolitain

Par une déclaration commune approuvée par leurs conseils d'administration, quatre universités du site de Lyon Saint-Etienne se sont prononcées sur le recomposition du paysage universitaire métropolitain.

Crayons en arc en ciel

Déclaration commune approuvée sur proposition des présidences par les conseils d'administration des universités Claude Bernard Lyon 1, Lumière Lyon 2, Jean Moulin Lyon 3 et Jean Monnet Saint Etienne, sur la recomposition du paysage universitaire métropolitain.

Les établissements universitaires du site de Lyon Saint-Etienne sont regroupés au sein du PRES Université de Lyon, constitué de huit membres fondateurs et onze membres associés. La spécificité de ce PRES est d'associer des établissements publics et privés, avec des statuts différents et relevant de ministères différents.

Si elles veulent exister à l'échelle européenne, et a fortiori mondiale, Lyon et Saint-Etienne doivent construire dès à présent la grande métropole de demain. Dans cette perspective, les établissements d'enseignement supérieur ont un rôle majeur à jouer. Ils peuvent dans leur domaine constituer un pack disciplinaire de formation, de recherche, d'innovation et de valorisation qui n'aura que peu d'équivalents en Europe.

L'enjeu de la réflexion actuelle est de rapprocher davantage Universités et Ecoles afin d'accroître la visibilité internationale de l'offre de formation et de recherche, de réaliser un maillage territorial de la formation en cohérence avec l'offre proposée par chacun des établissements et de simplifier le fonctionnement administratif en réduisant les tutelles.

 Pour Khaled BOUABDALLAH, Président de Jean Monnet, "il s'agit donc de saisir cette chance et d'oeuvrer pour que cette initiative entre en cohérence avec celles de l'ensemble de l'environnement socio-économique, culturel et politique. L'Université Jean Monnet Saint-Etienne s'engage pleinement dans ce rapprochement et contribuera grâce à ses atouts et spécificités à la réussite du projet".

Hugues FULCHIRON, Président de Lyon 3, affirme que "dans nos réflexions sur l'avenir de la métropole universitaire, l'Université Jean Moulin Lyon 3 portera les valeurs qui lui paraissent essentielles : la primauté de la communauté académique ; la cohérence disciplinaire ; la continuité de la formation LMD et son lien fondamental avec la recherche ; la promotion de l'égalité des chances et la coopération avec le monde socio-économique ; la défense des missions de service public ; le respect des personnes".

André TIRAN, Président de Lyon 2, est aussi résolument tourné vers l'avenir :  "L'Université Lumière Lyon 2 souhaite franchir cette nouvelle frontière et s'inscrire pleinement dans une dynamique de rapprochement et mise en cohésion des forces considérables portées par les établissements universitaires lyonnais et stéphanois. L'Université Lumière Lyon 2 mettra en oeuvre cette ambition, à l'issue d'un dialogue avec la communauté universitaire".

Lionel COLLET, Président de Lyon 1, précise bien que "la force de cette décision prise par les 4 conseils d'administration dans les mêmes termes montre qu'un dialogue, concerté et constructif se met en place sur la métropole Lyon-Saint Etienne pour aboutir à une proposition d'une nouvelle structure plus forte et plus compétitive, dans l'intérêt des étudiants, des enseignants, des chercheurs et des personnels".

Ce rapprochement pourrait être opéré au sein d'une nouvelle structure à définir, assurant une gouvernance démocratique, préservant la cohésion entre les trois niveaux L,M,D de l'offre de formation et assurant la Formation Tout Au Long de la Vie. Ce rapprochement devra être concerté avec les établissements concernés, les organismes de recherche et les collectivités. Les négociations avec les autres établissements devront être engagées sur ces bases.

Publié le 24 novembre 2010