Appel à projet de thèse (domaine Sciences Humaines et Sociales)

Appel à projet de thèse (domaine Sciences Humaines et Sociales)

L’université Jean Monnet Saint-Etienne et le Centre Max Weber (UMR 5284 du CNRS) proposent un contrat doctoral de 3 ans pour une thèse portant sur les dynamiques de l’interculturalité et les formes d’institution de ces pratiques. Les dossiers de candidature devront être envoyé avant le 7 janvier 2012.

Logo-these-3

L'université Jean Monnet Saint-Etienne et le Centre Max Weber (UMR 5284 du CNRS) proposent un contrat doctoral de 3 ans pour une thèse portant sur les dynamiques de l'interculturalité et les formes d'institution de ces pratiques.

 Contexte

La thèse s'inscrit dans un projet de recherche-action  « Pratiques (inter)-culturelles et institution d'un patrimoine ?  50 ans d'activités au CCO Jean-Pierre Lachaize » porté par le Centre culturel œcuménique de Villeurbanne en partenariat avec le Centre Max Weber, le Laboratoire de recherche historique de Rhône-Alpes (LAHRA, UMR 5190) et le RIZE, centre d'archive et de documentation de Villeurbanne.

Le CCO- Jean Pierre Lachaize créé en 1963 à Villeurbanne d'abord en tant qu'aumônerie étudiante est devenu un lieu interculturel important, à l'échelle de l'agglomération lyonnaise, d'accueil d'associations, d'artistes et de projets de développement culturel et social. Du soutien à la création artistique à l'accompagnement juridique des associations communautaires, en passant par la mobilisations pour diverses causes militantes, le CCO est un lieu de spectacles, de rencontres, de formation, de refuge, de débats à la diversité  sociale et ethnique et accueille à ce titre des populations venant du plus loin du monde comme du quartier. A l'horizon de ses 50 ans, en 2013, l'équipe du CCO s'est engagée depuis 2008 dans une recherche-action dont l'objectif principal est de comprendre les dynamiques qui le portent et leurs transformations.

 La recherche comporte deux niveaux étroitement imbriqués :

-d'une part un travail historique et anthropologique sur les dynamiques de l'interculturalité afin de comprendre les pratiques à l'œuvre hier et aujourd'hui, leurs conditions de possibilité et ce qu'elles produisent ou provoquent. La thèse portera particulièrement sur la dimension anthropologique et se fera en collaboration avec l'historien engagé dans la recherche- action (Olivier Chatelan).

-d'autre part une analyse de ce processus même de recherche comme constituant l'une des pratiques de patrimonialisation à l'œuvre au CCO. Le projet de recherche de thèse devra inclure cette dimension à la fois dans les méthodologies et modes d'enquête proposés et dans les questionnements et hypothèses à formuler.

 Problématique

L'enjeu est  triple : faire un travail de sédimentation et de transmission des expériences passées qui permettront de faire le point sur  l'action conduite sur le long terme ; situer l'action du CCO dans un environnement culturel national et international plus large pour engager une réflexion comparative ; proposer un modèle d'action qui pourrait être utile dans le cadre des réflexions qui sont conduites actuellement sur les problématiques de l'interculturalité.  Autrement dit, il s'agit de construire cet héritage et ce savoir faire comme patrimoine actif et appropriable.

Plusieurs points ont été d'ores et déjà identifiés qui peuvent donner des pistes pour la problématisation qui sera proposée par le candidat :

-Inventorier les actions proches conduites en France ou à l'étranger (le CCO ayant développé plusieurs partenariats internationaux depuis plusieurs années)

-Comprendre les modalités par lesquelles le CCO accueille et institue des pratiques
interculturelles. Quelles en sont les conditions ? Quels débats et difficultés apparaissent ?

-Saisir comment prennent consistance et se partagent des représentations de soi et des autres qui font patrimoine : diversement, de façon plus ou moins partagée, reconnue, apaisée ou conflictuelle...

-Retracer l'histoire de ce qui a progressivement été institué et de ceux qui l'on fait et le situer dans les contextes qui l'informe (histoire locale de l'humanisme chrétien, grands évènements politiques...).

-Repérer la signification des décalages entre les récits transmis d'une mémoire du lieu, de ses figures et de ses actions et les faits historiques « attestables ».

-Identifier comment la trame des réseaux tissées par le CCO fait en soi patrimoine interculturel : les relations avec ses partenaires (RIZE et autres institutions culturelles, université, partenaires européens et dans le reste du monde etc...), avec les associations communautaires, avec les populations, avec les instances politiques et financeurs.

 Mise en œuvre et conditions matérielles du travail

Le doctorant sera hébergé administrativement au Centre Max Weber, dans le cadre d'un contrat doctoral proposé par l'UJM, cependant il pourra disposer au CCO d'un lieu de travail.

Recrutement

La sélection du candidat se déroulera au mois de janvier dans le cadre défini par l'Ecole doctorale de Sciences sociales (ED 483) au moins 3 semaines après la publication de l'appel d'offre. Elle se fera sur examen des dossiers.

 Les dossiers de candidature devront être envoyé avant le 7 janvier 2012 et devront comporter un curriculum vitae précis, un projet de thèse compris entre 5 et 10 pages et une lettre de motivation.

Les documents devront être envoyés à Michel RAUTENBERG, directeur adjoint du Centre Max Weber, à Georges Gay, représentant de l'UJM à l'Ecole doctorales 483, avec copie au directeur de l'école doctorale

Georges Gay (Georges.Gay @ univ-st-etienne.fr) 

Lionel Obadia (Lionel.Obadia @ univ-lyon2.fr) 

Michel RAUTENBERG

Publié le 16 décembre 2011