Comprendre l’underground...

Comprendre l’underground...

Les 5,6 et 7 avril 2012, un colloque international et interdisciplinaire sur les « Résistances souterraines à l’autorité et contrecultures germaniques au XXe siècle » a rassemblé 20 passionnés de la question.

Comprendre l'Underground avril 2012

Les pays germanophones sont célèbres pour la vivacité de leurs cultures alternatives : scène underground de Berlin, milieux anthroposophes, communautés fondées sur le retour à la terre ou bien expérimentation concrète d'alternatives sociales. Du 5 au 7 avril 2012, une vingtaine de chercheurs français, allemands et suisses, issus de disciplines variées comme les études littéraires, l'ethnologie européenne et l'histoire contemporaine ont échangé sur ce foisonnement et tenté de faire ressortir un certain nombre de continuités historiques et de lignes directrices.

Entre les mouvements de « réforme des modes de vie » du début du siècle (nudisme, végétarisme, médecines alternatives), majoritairement récupérés par l'idéologie nationale-socialiste, et les "Kommunen" des soixante-huitards, qui concevaient la libération sexuelle comme une lutte antifasciste, les différences semblent évidentes, mais certaines lignes de continuité peuvent néanmoins être mises en avant : la volonté d'une action « indirecte » sur la société, le projet d'un « homme nouveau » libéré de l'emprise du « système » et apte à construire une communauté plus libre et plus fraternelle, et une certaine tendance à considérer la sphère privée comme le lieu par excellence du tournant politique. L'apolitisme souvent affiché cache en réalité de fortes ambigüités idéologiques que le chercheur se doit de faire ressortir.

Comprendre l'Underground avril 2012
Comprendre l'Underground avril 2012
La présence à ce colloque de personnalités marquantes, comme l'historien Andreas Schwab, grand spécialiste du centre alternatif du Monte Verità dans le Tessin et curateur en 2008 d'une exposition sur mai 68 au musée historique de Francfort sur le Main, ou bien l'écrivain Enno Stahl, à la fois commentateur et représentant de la scène littéraire underground, a donné aux discussions un tour particulièrement vif et concret. Chercheurs jeunes et chevronnés ont pu débattre et échanger de nombreuses impulsions.

La journée du samedi, consacrée à la réalisation de « laboratoires sociaux » s'est tenue à Firminy et s'est achevée par la visite de l'unité dhabitation, un lieu en quelque sorte prédestiné à l'évocation de toutes formes dutopies sociales, de leurs échecs et des dérives idéologiques possibles.

La manifestation scientifique, qui a permis  de créer de nouvelles synergies interdisciplinaires, était soutenue par l'université jean Monet, l'université de Lorraine et la région Rhône-Alpes.

Le CELEC (centre d'étude sur les littératures étrangères et comparées) est une équipe d'accueil qui rassemble 36 enseignants chercheurs titulaires, 22 enseignants chercheurs associés, 22 doctorants. Ils sont regroupés dans 6 équipes spécialisées, parmi lesquelles le GRECA, groupe de recherches et d'études sur la culture allemande, qui organisait cette manifestation. Le programme scientifique du CELEC pour les années 2011-2015 est organisé autour du concept d' « Autorité ». Le présent colloque s'inscrivait dans l'axe « autorité contestée » du contrat quinquennal en cours.

Liste des communications du colloque :

Andreas Schwab (Berne) : La redécouverte du Monte Verità par Harald Szeemann dans les années 70

Sabine Wintgen (Lyon III) : CG Jung, Hermann Hesse et les Blumenkinder

Patricia Desroches-Viallet (Saint-Etienne, CELEC) : Du 'Taugenichts' à la 'Neue Schar' de F. Muck-Lamberty : la (contre-)culture du vagabondage

Enno Stahl (Düsseldorf) : Histoire de l'underground littéraire de 1965 à 2000

Patrice Neau (Nantes) : Une contreculture sous étroite surveillance : les pionniers de l'art informel en RDA

Susanne Götze (Metz, CEGIL / Potsdam) : Bahro, Havemann, Kafka et le printemps de Prague : les Reformsozialisten comme contreculture en RDA

Ingeborg Rabenstein (Lyon  I) : La résistance par le trait : culture et contreculture dans les BD de Chlodwig Poth

Marc Cluet (Strasbourg) : Le nudisme en RDA, une culture de la niche ?

Sibylle Goepper (Lyon III) : Entre underground et gentrification : Bert Papenfuss, dernière icône des cercles artistiques parallèles de Berlin-Est

Anne Quinchon-Caudal (Paris Dauphine) : « Plus de Goethe, moins de Newton ! ». Les médecines alternatives comme opposition philosophique à la culture scientifique dominante dans les années 1880-1945

Matthias Möller (Tübingen) : Le lotissement de Freidorf près de Bâle, un nouveau village pour des hommes libres ?

Catherine Repussard (Strasbourg) : la colonie d'outre-mer comme laboratoire d'une sociabilité nouvelle.

Ulrich Pfeil (Metz, CEGIL) : Kommune I - une forme de subversivité inscrite dans son temps

Olivier Hanse (Metz, CEGIL/CELEC) : Le ZEGG, un écovillage brandebourgeois entre idéologie « réactionnaire progressiste » et dérives sectaires

Publié le 7 avril 2012