Expérimenter d’autres modes de scrutin le 22 avril 2012

Expérimenter d’autres modes de scrutin le 22 avril 2012

Un groupe de chercheurs en sciences économiques, universitaires et CNRS, issus des Universités de Saint-Etienne, de Caen, de Strasbourg et de Polytechnique organisent pour le premier tour des élections présidentielles un test de différents modes de scrutin dans trois communes en France dont celle de Saint-Etienne.

2002 et 2007 : deux fois déjà une expérimentation de nouveaux modes de scrutin a été menée en France lors du premier tour des élections présidentielles. L'aventure se poursuit en 2012, animée par un groupe de chercheurs en sciences économiques, universitaires et CNRS, issus des Universités de Saint-Etienne, de Caen, de Strasbourg et de Polytechnique.


Il s'agit de proposer d'autres modes de scrutin aux électeurs "le vote par note et le vote par approbation", de les tester le jour du premier tour des élections présidentielles dans plusieurs bureaux de vote et, enfin, d'en tirer un certain nombre d'enseignements.

Avec l'aval des Préfectures, l'accord des élus et la coopération active des municipalités, l'expérimentation sera à nouveau menée le 22 avril 2012 à Louvigny en Basse-Normandie (deux bureaux), à Saint-Etienne en Rhône-Alpes (1 bureau) et à Strasbourg en Alsace (2 bureaux).

La participation des électeurs, anonyme et sur la base du volontariat, sera sollicitée à la sortie des bureaux de vote des communes expérimentées le 22 avril 2012. Deux bulletins de vote expérimentaux, des isoloirs et une urne de vote seront à la disposition des électeurs pour leur permettre de voter dans les mêmes conditions que lors du vote officiel.

Il ne s'agit en aucun cas d'un sondage d'opinion. Cette expérience vise à mieux comprendre le fonctionnement des institutions démocratiques, d'étudier les propriétés des procédures de décision collective ainsi que le comportement des électeurs face aux modes de scrutin.

Les expérimentations précédentes ont d'ores et déjà donné lieu à de nombreuses publications, telles que des rapports publics au Centre d'Analyse Stratégique et des articles scientifiques. Elles ont eu également un important écho médiatique, inhabituel pour de telles recherches académiques. Dans la perspective de 2012, la répétition de l'expérimentation vise à poursuivre les travaux scientifiques, à confirmer certains résultats ainsi qu'à susciter la participation des chercheurs en théorie du vote au débat public.

Publié le 6 avril 2012