Soyons pharmacovigilants !

Soyons pharmacovigilants !

L'UJM a eu le plaisir d'accueillir le 13 octobre 2011 Claire LE JEUNNE pour une conférence-débat sur le thème :
" Peut-on être soigné sans danger : quel bénéfice, quel risque ? "

Claire LE JEUNNE

L'UJM a eu le plaisir d'accueillir, à l'initiative du Comité d'Ethique du CHU de Saint-Etienne et de son Président, Philippe RUSCH, en présence de son prédécesseur, Patrice Queneau, Mme Claire LE JEUNNE, Chef du Service de Médecine interne, Professeur de Thérapeutique à la Faculté de Paris-Descartes, pour une conférence-débat co-organisée avec le CHU sur le thème :
" Peut-on être soigné sans danger : quel bénéfice, quel risque ? "
Conclusion : soyons tous pharmacovigilants !

La conférencière a d'une part rappelé que la méfiance est de mise concernant les médicaments mis en vente sur internet.
Après avoir décrit les dispositifs mis en place au niveau national et européen pour obtenir le maximum de garanties concernant l'efficacité et l'innocuité des médicaments mis sur le marché, elle a insisté sur le fait que le test en grandeur nature n'intervient qu'après leur commercialisation et que les études préalables en laboratoires, après essais sur des animaux ou sur des individus volontaires, sains ou parfois au contraire en phase avancée lorsqu'aucun autre médicament connu n'est capable de soigner, ne peuvent pas, de façon exacte et définitive, préjuger des effets qu'ils auront sur les individus auxquels ils sont destinés. En particulier, aucun test préalable n'étant effectué sur des enfants, il est impossible de prévoir les réactions de cette catégorie de population.

Conference Sante Medicament oct 2011
Conference Sante Medicament oct 2011


En conséquence, elle a insisté auprès des nombreux médecins et futurs médecins présents dans la salle sur la lourde responsabilité qu'ils ont en matière de pharmacovigilance et elle a conseillé au grand public, c'est-à-dire aux patients que nous sommes, de ne pas hésiter à signaler à leur médecin traitant les effets induits indésirables, voire seulement bizarres résultant de tel ou tel traitement. Elle a manifesté son scepticisme sur des autodéclarations spontanées qui court-circuiteraient le médecin traitant, car celui-ci est le plus à même d'investiguer, avec le patient, les symptômes exacts et d'analyser s'ils sont bien consécutifs au traitement, s'ils n'étaient pas antérieurs, voire même de vérifier si l'ordonnance prescrite est strictement appliquée, certains patients ne l'observant pas jusqu'à son terme, et d'autres, au contraire, ayant tendance à augmenter la dose.

Conference Sante Medicament oct 2011
Conference Sante Medicament oct 2011

Les différents intervenants ont insisté sur l'importance de l'observation et sur le fait qu'il reste des progrès à accomplir sur la question complexe de l'interaction entre médicaments de nature différente prescrits simultanément pour soigner des pathologies différentes.

Publié le 21 octobre 2011