Pourquoi parlons-nous “bébé” aux chiens ?

Recherche : pourquoi parlons-nous “bébé” aux chiens ?

Lorsque nous parlons amicalement à un chien, nous changeons d’intonation comme s’il s’agissait d’un bébé humain. Quelles sont les causes de ce changement ?

Le visage attendrissant d’un chiot pourrait expliquer notre comportement, cependant une étude vient de montrer que nous continuons de parler “bébé” à des chiens adultes. De plus, alors que les chiots sont très réactifs au “parler bébé”, les chiens plus âgés n’y prêtent pas plus attention qu’au langage normal. Ces résultats, auxquels ont contribués des chercheurs de l’Institut des neurosciences Paris-Saclay (CNRS/Université Paris-Sud) basés à l’Université Jean Monnet de Saint-Étienne, sont publiés dans la revue Proceedings of the Royal Society B. Ils suggèrent que le “parler bébé” est utilisé pour interagir avec un être vivant ne maîtrisant pas la parole. Si nous parlons ainsi à notre chien, c’est parce que nous aimerions qu’un jour il nous réponde… en parlant !

Lorsqu'ils parlent à des bébés, les adultes humains utilisent un registre de parole particulier, caractérisé par un ton plus aigu et plus variable, un tempo plus lent et une articulation plus claire des voyelles. Les raisons pour lesquelles les adultes utilisent ce « parler bébé » ne sont pas clairement établies. L’émotion provoquée par les caractéristiques du visage du bébé (face ronde, petit nez...) peut être à l’origine de ce comportement. Une autre hypothèse suggère que les adultes facilitent ainsi l’apprentissage du langage et cessent d’employer ce registre quand le bébé devient capable de parler. En étudiant la manière dont les humains parlent à leurs chiens et la réponse des chiens, la présente étude apporte des éléments de réponse.
Voici des milliers d’années que le chien est devenu le meilleur ami de l’Homme et cette intimité se reflète à travers de multiples aspects de compréhension mutuelle et d’empathie. Lorsque nous parlons à nos chiens, nous utilisons souvent un registre de langage proche du « parler bébé ».  De même que pour les bébés, ce « parler chien » pourrait constituer une réponse spontanée à des caractéristiques juvéniles ou représenter une tentative pour engager une interaction avec un être vivant non doué de langage. Dans le premier cas, nous devrions restreindre l’utilisation du « parler bébé » aux chiots. Tandis que dans le second, nous devrions continuer de parler ainsi aux chiens adultes. Ce sont ces hypothèses que des scientifiques américains, britanniques et français viennent de tester.

Dans une première expérience, les chercheur(e)s ont présenté des photographies de chiens d’âges divers à des adultes humains qui avaient pour consigne de dire les phrases suivantes : « Alors le chien ! Comment ça va le doudou ? C’est qui le bon chien ? Viens ici mon chien ! Ah il est gentil le chien. Ça c’est un gentil chien ! ». Les personnes devaient ensuite prononcer ces mêmes phrases sur un ton neutre. L’analyse de la structure acoustique des enregistrements montre que notre manière de parler face à des chiots est très semblable au « parler bébé »… et que nous continuons d’utiliser ce registre quel que soit l’âge du chien !
Dans une seconde expérience, les scientifiques ont fait écouter ces enregistrements à des chiens, chiots et adultes. Le chien était placé dans une pièce confortable, en présence du chercheur placé face au mur pour ne pas attirer son attention. Un haut-parleur posé sur le sol émettait successivement la phrase prononcée en « parler chien » et la même phrase en langage normal. La réponse du chien a été filmée pour être analysée.
Les résultats des expériences sont clairs : lorsque la phrase émise par le haut-parleur est prononcée de manière normale, aucun des chiens testés ne manifeste d’intérêt pour l’enregistrement. Au contraire, lorsqu’ils entendent du « parler chien », les chiots deviennent très excités, aboient et s’approchent du haut-parleur, tandis que les chiens adultes… ignorent l’enregistrement, continuant de vaquer à leurs occupations !
En montrant que les humains utilisent le « parler chien » pour communiquer avec des chiens de tous âges, cette étude suggère que ce registre particulier est utilisé pour engager des interactions avec un individu non doué de langage. Il est donc fort probable que le « parler bébé » utilisé avec notre progéniture soit motivé par notre désir de rendre notre communication plus efficace avec un être qui ne maîtrise pas encore le langage et/ou dont on pense qu’il a des difficultés à nous comprendre. Si le « parler bébé » accélère effectivement l’apprentissage du langage chez les nouveau-nés, nous aurions donc tort de nous en priver !
Du côté des chiens, les résultats montrent que le « parler chien » est très efficace pour engager une interaction avec un chiot, mais perd de son intérêt avec des chiens plus âgés. Ceux-ci attendent probablement d’autres signaux de notre part, par exemple gestuels, et/ou ne répondent qu’à des voix familières. Nous continuons pourtant de leur parler comme à des bébés, car de manière consciente ou non, nous ressentons que le chien risque de ne pas bien comprendre et nous espérons qu’il fasse des progrès… en devenant capable de nous parler !

Référence:
Ben-Aderet T., Gallego-Abenza M, Reby D, Mathevon N. in press. Dog-directed speech: why do we use it and do dogs pay attention to it? Proceedings of the Royal Society of London, series B.

Contact chercheurs :
Nicolas MATHEVON
Equipe Neuro-éthologie sensorielle (ENES-Université Jean Monnet, Saint-Etienne) de l’Institut des neurosciences Paris-Saclay (Neuro-PSI-CNRS/Université Paris-Sud) - Faculté des sciences et techniques – Université de Lyon – Saint-Etienne
mathevon@univ-st-etienne.fr

Ces travaux cités dans les médias internationaux :
Puppy talk' - why do we use it and do dogs respond?
BBC News, 11/01/2017

Puppies' response to speech could shed light on baby-talk, suggests study
The guardian, 11/01/2017

Talking in a high-pitched voice to dogs really does work - but only with puppies, scientists find
The telegraph, 11/01/2017

Do dogs of all ages respond equally to dog-directed speech?
Science daily, 11/01/2017

En savoir plus :
> sur l'Equipe Neuro-éthologie sensorielle qui est spécialisée dans l’étude des communications acoustiques (les “langages” animaux) et s’intéresse tout particulièrement au rôle des vocalisations dans les interactions sociales.
> La Faculté des Sciences et Techniques 


 

Publié le 11 janvier 2017