Echelle

Le concept d'échelle est fondamental dans le domaine de l'information géographique, mais le terme a plusieurs acceptions parfois contradictoires. On distinguera l’échelle cartographique, qui est un rapport donc une grandeur relative et le niveau de détail ou la résolution spatiale de l’information, qui est une mesure absolue de la taille des entités de référence.

L’échelle cartographique est le rapport entre la distance mesurée sur la carte et la distance mesurée dans la réalité. Ainsi, dans une carte à grande échelle le rapport entre ces deux distances est grand, par exemple 1:5000 tandis qu’une carte à petite échelle est caractérisée par un rapport plus petit, par exemple 1:500 000 (car 1/500 000 < 1:000). Une carte à grande échelle couvre donc une étendue plus limitée qu’une carte à petite échelle. Il y a un rapport inverse entre l’échelle et le détail d’une carte. Une carte à grande échelle présente habituellement plus de détails qu’une carte à petite échelle.

Dans le langage courant, le mot échelle est employé dans le sens opposé. Quand on dit qu’un phénomène ou qu’un projet est à grande échelle, c’est qu’il couvre une vaste étendue ou un vaste territoire, tandis qu’un projet à petite échelle ne concerne qu’une zone très limitée. Il faut donc paradoxalement des cartes à petite échelle cartographique pour visualiser un projet à grande échelle tandis qu’une carte à grande échelle cartographique suffit pour rendre compte d’un phénomène à petite échelle qui couvre par définition une petite étendue. Dans le même ordre d’idée, un travail à petite échelle se caractérisera par un niveau de détail plus fin dans les objets et les données manipulées ainsi qu’une plus forte précision dans les représentations tandis qu’un travail à grande échelle sera plus général, moins détaillé et plus globalement défini. Il est donc conseillé de toujours préciser échelle cartographique quand on entend échelle au premier sens de rapport.

Quand on veut parler du niveau de définition de l’information, c’est à dire de la taille des entités vectorielles ou des cellules d’une grille raster on parlera dans le premier cas de niveau de détail et dans le second de résolution. Ne pas oublier qu’un niveau de détail ou une résolution élevés signifient que les cellules raster ou les entités vectorielles sont de petite taille.

On pense parfois, à tort, que la notion d’échelle a moins d’importance avec les données numériques qu’au temps de la cartographie papier. Il est en effet plus facile de varier les échelles de visualisation, par des effets de zoom ou dézoom mais les contraintes d’échelle n’ont pas disparu dès lors qu’on représente les données, sur un support écran comme sur un support papier. Visualiser sur une zone très étendue et donc à petite échelle cartographique des données très détaillées (donc saisies à partir de support à grande échelle cartographique), rend la carte illisible car les objets sont trop nombreux et la finesse des détails empêche de voir les structures. Il faut donc généraliser les objets, c’est à dire simplifier leurs formes, pour les rendre signifiantes à l’échelle de représentation choisie.
Voir : Cartographie, Données géographiques, Projet SIG, Echelle graphique et numérique
[English : Scale]

Vous pourriez laisser un commentaire si vous étiez connecté.
/webapps/wikimastersig/data/pages/glossaire/echelle.txt · Dernière modification: //29/04/2015 12:46// par joliveau
Driven by DokuWiki Recent changes RSS feed Valid CSS Valid XHTML 1.0