Publications

Publications

LES CAHIERS D'ALLHIS

Directeur de publication Sylvain TROUSSELARD (sylvain.trousselard @ orange.fr)
Éditeur Éditions Chemins de tr@verse , Neuville-sur-Saône
Périodicité : Bisanuelle
Publication disponible en version papier et en version électronique

  • La collection « Les Cahiers d'ALLHIS », dirigée par Sylvain TROUSSELARD , présente les principaux travaux du groupe de recherches selon un rythme bisannuel.

Numéro 3

  • Les circulations textuelles
    Sous la direction de Sylvain TROUSSELARD
    Date de parution : mars 2016
    ISBN 978-2-313-00545-3 (ebook) et 978-2-313-00546-0 (livre papier), 280 pages
    La notion de circulation textuelle se pose dans cet ouvrage face à des problématiques littéraires et historiques et constitue un ensemble de réflexions sur le transfert des textes entre auteurs, générations et diverses aires géographiques. À travers les circulations textuelles, traditionnellement considérées comme des passages, des communications entre genres, époques et textes, on a relevé que les hagiographies médiévales associent l’héritage de la biographie romaine antique, qu’elles se combinent avec des modèles hagiographiques précocement déterminés et derrière ces modèles, se trouvent les hypermodèles, ceux de l’Écriture sainte. Dans le champ littéraire, cette circulation renvoie directement à la notion d'« intertextualité », qui retrace dans un texte un ensemble d'autres textes, chacun renvoyant à d'autres textes : de manière générale, l’intertextualité intervient au cœur d'un réseau définissant la littérature dans sa spécificité.
    Voir le sommaire

Numéro 2

  • Niccolò Machiavelli. Discursus florentinarum rerum et autres textes politiques
    Texte italien établi par Jean-Jacques MARCHAND
    Traduction, introduction et notes de Jean-Claude ZANCARINI
    Date de parution : avril 2015
    ISBN 978-2-313-00529-3 (ebook) et 978-2-313-00530-9 (livre papier), 136 pages
    Les trois textes que nous présentons, en version bilingue – le Discursus florentinarum rerum, adressé au pape Léon X et écrit entre novembre 1520 et janvier 1521, le fragment de lettre au Cardinal Jules de Médicis, le futur pape Clément VII, et la Minuta di provvisione, brouillon d’une loi sur le gouvernement de Florence rédigée en avril 1522 – font connaître un Machiavel qui surprendra les lecteurs du Prince et des Discours. Son objectif ici est de convaincre les Médicis de remettre en fonction le Grand Conseil, institution emblématique de la Florence républicaine de 1494 à 1512, alors même qu’ils l’avaient aboli à leur retour en 1512. On voit ainsi à l’œuvre un « pari machiavélien », appuyé sur une constante de sa position éthique, position qu’exprime une formule qui est presque une devise, non si abbandonare mai, ne jamais abandonner, ne jamais renoncer, car c’est là le seul moyen de faire front à la « fortune » adverse.

Numéro 1

  • Falsifications, interpolations, pastiches, plagiats, manipulations, codes et sources cryptées, réécritures
    Études réunies par Sandrine COIN-LONGERAY
    Date de parution : décembre 2013
    ISBN 978-2-313-00471-5 (ebook) et 978-2-313-00486-9 (livre papier), 212 pages
    La notion de « vérité » de la source soulève un grand nombre de questions qui lient édition, interprétation et, éventuellement, traduction, puisque éditer comme traduire, c'est déjà interpréter. Les contributions du présent volume, selon une perspective résolument interdisciplinaire, l'abordent sous les angles de l'histoire, l'archéologie, la musicologie et l'ethno-musicologie, la littérature de l'Antiquité à l'époque moderne et la linguistique.
    Voir le sommaire