Dernières parutions

Dernières parutions

 

LES COLLINES DANS LA REPRÉSENTATION ET L'ORGANISATION DU POUVOIR À ROME

Manuel DE SOUZA (éd.)

Éditeur Ausonius Éditions Bordeaux
Collection : « Scripta antiqua » (108)
Date de parution : 04/01/2018
ISBN : 978-2-35613-201-7

  • Au cœur de la légende, les collines de Rome s’articulent au récit de la fondation, mais aussi des premières dissensions qui caractérisent l’histoire de la cité à venir. Les collines, sept et davantage, marquent indéniablement la topographie et ont un rôle dans la construction de l’espace urbain de la cité. Née sur le Palatin, au détriment de l’Aventin, l’Vrbs ne se constitue cependant véritablement qu’en se dotant d’un centre civique en contrebas des collines, sur le forum dès l’époque royale. Le forum et également le champ de Mars, où se fait le recensement et se réunissent les comices centuriates, deviennent les lieux centraux de la vie politique à l’époque républicaine, et la colline peut inspirer méfiance ou permettre l’affirmation d’un pouvoir alternatif. La symbolique et la fonctionnalité des collines de Rome résultent d’une histoire complexe et en mouvement, où se croisent faits historiques et exégèses, qui créent progressivement des stéréotypes, véhiculés jusqu’aux âges contemporains, sur la ville aux sept collines.
    Ce livre sur les collines et le pouvoir à Rome constitue un prologue à la synthèse sur le Palatin, de la mort d’Auguste au règne de Vespasien, que proposera le prochain volume des Neronia. Il permet de mettre en perspective l’ascension palatine du pouvoir impérial, et d’en souligner les enjeux en s’interrogeant sur le rôle structurant des reliefs dans la vie
    et l’imaginaire politiques romains.

Voir la présentation de l'éditeur

 

VARIUM ET MUTABILE. MÉMOIRES ET MÉTAMORPHOSES DU CENTON DANS L'ANTIQUITÉ

Sous la direction de Florence GARAMBOIS-VASQUEZ et Daniel VALLAT

Éditeur Publications de l'Université de Saint-Étienne
Collection : « Antiquité - Mémoires du Centre Jean Palerne »
Date de parution : 13/04/2017
ISBN : 978-2-86272-690-8

  • À l’origine le centon est un morceau de tissu grossier cousu de pans d’étoffes différentes et de couleurs variées. Par assimilation, il désigne une pièce généralement en vers et s’affirme donc comme une forme littéraire dont l’existence même est fondée sur la notion d’intertextualité. Mais si le centon est fait de morceaux d’un modèle, il a un sens et une portée tout à fait différents de ceux de l’original.
    Dans le sillage du renouveau des études sur ce genre littéraire si particulier, le présent ouvrage se présente comme un itinéraire et une redécouverte de cette production. Il questionne le problème de l’intertextualité et s’attache à situer le centon dans le cadre culturel de l’Antiquité et à analyser les conditions littéraires prédisposant à l’émergence du genre, ainsi que les points de convergence avec les centons « modernes », dont la vivacité ne s’est jamais réellement démentie.

Voir la présentation de l'éditeur

 

 

L’ARTICELLA DANS LES MANUSCRITS DE LA BIBLIOTHÈQUE MUNICIPALE DE REIMS

L’Articella dans les manuscrits de la Bibliothèque Municipale de Reims : entre philologie et histoire

Textes réunis par Nicoletta Palmieri

Éditeur Publications de l'Université de Saint-Étienne
Collection : « Antiquité - Mémoires du Centre Jean Palerne »
Date de parution : 19/09/2016
ISBN : 978-2-86272-679-3

  • Sous l’appellation d’Articella on désigne d’ordinaire la collection d’ouvrages médicaux établie dans les milieux salernitains au XIIe siècle avant de s’imposer comme support de l’enseignement jusqu’à la fin du Moyen Âge. Constitué de traductions gréco-latines et arabo-latines, ce recueil est transmis par un nombre impressionnant de manuscrits, parmi lesquels on compte les trois témoins de la Bibliothèque Municipale de Reims, qui ont fait l’objet des analyses ici publiées. En raison de leur provenance de la Faculté de médecine de Paris, ces trois codices offrent un témoignage précieux non seulement sur l’histoire textuelle des œuvres, mais encore sur les pratiques de leur utilisation dans les milieux scolaires aux XIIIe et XIVe siècles. Ainsi, se situant entre « philologie et histoire », les auteurs du présent ouvrage découvrent dans cette Articella « rémoise » et « parisienne » des nouveaux aspects codicologiques, historiques et philologiques, qui s’intègrent de manière cohérente dans une approche interdisciplinaire.

Voir la présentation de l'éditeur

 

PEURS ANTIQUES

Textes réunis et présentés par Sandrine Coin-Longeray et Daniel Vallat

Éditeur Publications de l'Université de Saint-Étienne
Collection : « Antiquité - Mémoires du Centre Jean Palerne »
Date de parution : 24/03/2016
ISBN : 978-2-86272-673-1

  • Nous vivons une époque où l’on s’interroge sur ses peurs (individuelles, collectives), où l’on apprend à les identifier, et où il est de bon ton de les « affronter » ou de les soigner, puisqu’on les a, en grande partie, médicalisées. Mais il ne serait pas judicieux de juger de la peur dans l’Antiquité à l’aune de nos peurs modernes. C’est pourquoi l’on a tenté, dans cet ouvrage, de cerner et d’approfondir les points suivants : – Qu’est-ce que la peur ? Comment s’exprime-t-elle ? Comment est-elle perçue, en soi ou chez les autres ? Quelles sont ses manifestations physiques ou psychologiques ? Quels sont ses degrés, nuances et formes ? Comment s’exprime-telle, linguistiquement (lexique, syntaxe) ? – Qu’est-ce qui fait peur, que ce soit au niveau individuel ou collectif ? Pourquoi ? Quels en sont les témoignages ? Comment en parle-t-on ? Y a-t-il des spécificités génériques dans la représentation littéraire du sentiment ? Quel est l’intérêt, pour un auteur, de mettre en scène des peurs ? Les études réunies dans ce recueil analysent ainsi la peur comme ressort psychologique ou dramatique, et par rapport aux choix stylistiques des écrivains, dans une perspective transversale et transdisciplinaire : d’Homère au Bas-Empire, chez les auteurs grecs comme latins, en histoire comme en littérature et en linguistique.