Axe 2

LEM-CERCOR - Axe 2« Ordo, regimen, status ». Gouvernement des communautés et sociétés, de l'expérience ecclésiale à l'État moderne

Responsable : Thierry PÉCOUT

Cet axe comporte deux programmes de recherche :

Ordo, regimen, status. Le gouvernement des communautés,     
 de l'expérience ecclésiale à l'État moderne (XIe-XVIe siècles)  

Cet axe s'inscrit dans le cadre du programme ANR Europange porté par le LEM-CERCOR UMR 8584 : "Les processus de rassemblements politiques. L'exemple de l'Europe angevine, XIIIe-XVe siècles".

Programme porté par l'UMR 8584 LEM-CERCOR de l'Université Jean Monnet, Saint-Étienne, et associant l'École française de Rome, la Seconda Università di Napoli, l'Università degli Studi di Bergamo, l'Università del Salento, l'Università degli Studi di Salerno, le Centre de recherche en sciences humaines de l'Académie des sciences de Hongrie, l'Université de Moncton (Canada), l'UMR 6258 CERHIO (Université d'Angers), l'UMR 7303 TELEMME (Université d'Aix-Marseille), l'EA 4583 CEMM (Université de Nîmes) et l'UMR 5205 LIRIS (Laboratoire d'Informatique en Image et Systèmes d'Information, Insa de Lyon).


L'Europe actuelle s'interroge sur les méthodes et les fondements de son processus d'intégration politique, sur la place des États et des régions au sein de ce dernier. Autant de questions portant sur les processus séculaires qui ont forgé nos cultures politiques et administratives, pour lesquelles les trois derniers siècles du Moyen Âge constituent une étape déterminante. Autant de renvois aux lents mouvements de rassemblement qui ont conduit non seulement à l'émergence des États durant la période médiévale, mais aussi à un mode spécifique de contrôle et de discours politique. Les XIIIe-XVe siècles constituent un moment privilégié pour observer ces phénomènes, car ils voient la mise en place des organismes, des discours, des méthodes et des corps administratifs qui assurent aux États nationaux et princiers leur premier développement. Ce programme s'attache à un type spécifique de construction politique évoluant à l'échelle régionale, dépassant toute unité culturelle et linguistique possible, et posant au souverain et à ses agents de nouveaux enjeux au regard de l'administration des hommes et des choses. Pareilles constructions politiques éclatées, fondées quelquefois sur l'union personnelle, n'ont pas débouché sur des États nations propres, aux époques modernes et contemporaines. De ce fait, elles ont longtemps été délaissées par les historiographies nationales qui les jugèrent a priori non viables. Pourtant, elles nous paraissent au contraire riches de sens si nous les interrogeons à l'aune de leur capacité de synthèse, d'innovation politique et administrative, ainsi que de leur pragmatisme. Les territoires placés sous domination angevine aux XIIIe-XVe siècles offrent un cas d'espèce bien documenté. Il s'agira d'y examiner l'émergence d'un milieu et d'une société politiques, en questionnant la constitution d'un corps d'administrateurs, les officiers, avec leurs réseaux, leur formation, leurs compétences, dans l'ensemble des terres angevines : Anjou, Maine, Provence, Lorraine, Italie du Sud et Sicile, Piémont, Lombardie et Toscane, Hongrie, Pologne, Morée, Albanie. Cet ensemble disjoint dans l'espace et discontinu dans la durée interroge les capacités des autorités politiques à rassembler et à administrer, à susciter un discours politique commun. Une base de données prosopographique fournira l'outil de départ de cette réflexion menée à l'échelle internationale.

L'objet de cet axe de recherche est de proposer une démarche comparative qui articule l'histoire de l'institution ecclésiale et celle des communautés politiques.

Il s'agit de :

- s'appuyer sur une histoire des structures et méthodes de gouvernement à l'œuvre dans les Églises locales ou les communautés religieuses, ainsi que dans les principautés (instances délibératives et décisionnelles, comptabilités notamment) ;

- mener une enquête sociologique sur les réseaux structurant les sociétés politiques, en analysant la place qu'y occupent épiscopat, milieux canoniaux et réguliers.

 

Le Trecento novelle de Franco Sacchetti                                                     

Édition critique et traduction en vue d'une approche historico-théorique.

Responsable : Sylvain TROUSSELARD

La publication de l'édition critique et de la traduction inédite du Trecento novelle de Franco Sacchetti s'inscrit dans un vaste programme de recherches conjointes entre les membres de l'équipe. Au delà de l'établissement du texte, effectué par le Prof. Michelangelo ZACCARELLO de l'Université de Vérone, les six membres de l'équipe de traduction (Denise Alexandre, Laurent Baggioni, Ismène Cotensin, Franck La Barca, Cécile Terreaux et Sylvain Trousselard) participeront à un ensemble de travaux dont le but sera de mettre en relief les caractéristiques thématiques et les enjeux politiques, culturels et sociaux du corpus. Il s'agira, à travers l'analyse des éléments contextualisants, de mettre en avant les marqueurs des mutations politiques, culturelles et littéraires au sein de la société civile des Comuni à la fin du XIVsiècle. Ces analyses prendront la forme, entre autres, d'un paratexte (introduction, notes et documents annexes) étroitement lié aux nouvelles et aux travaux de contextualisation.

Séminaire 2015-2016 :

« Le Trecento novelle de Franco Sacchetti. Édition critique et traduction : une approche historico-théorique ».

Les prochaines séances auront lieu le vendredi à 10 heures, à l’Université Jean Moulin, Lyon III, sur le site des quais du Rhône, aux dates indiquées ci-dessous.

- 12 février 2016
- 18 mars 2016
- 1er avril 2016
- 20 mai 2016
- 17 juin 2016

Télécharger le programme des séances.